Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Réduction des risques de catastrophes au Nord : Les résultats du projet EPIC (...)

Réduction des risques de catastrophes au Nord : Les résultats du projet EPIC portés à la connaissance des acteurs

LEFASO.NET | Yann Nikièma

mercredi 24 mai 2017

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a organisé du 16 au 20 mai 2017 à Ouahigouya, un atelier de clôture de son projet « Ecosystèmes pour la Protection des Infrastructures et des Communautés » (EPIC). La cérémonie officielle de la rencontre a été placée sous la présidence de Hassane Sawadogo, gouverneur de la région du Nord.

Réduction des risques de catastrophes au Nord : Les résultats du projet EPIC portés à la connaissance des acteurs

L’UICN a développé et mis en œuvre une initiative dans la région du Nord, le projet Ecosystèmes pour la Protection des Infrastructures et des Communautés (EPIC). L’objectif global était de renforcer les stratégies locales d’adaptation au changement climatique. Spécifiquement ce projet (2013-2017) visait à évaluer les risques et les effets du changement climatique sur les populations pauvres et à démontrer les avantages économiques d’une stratégie d’adaptation fondée sur les écosystèmes pour lutter contre la vulnérabilité des communautés rurales. Aux termes de quelques années d’activités terrain, dans six villages de la province du Yatenga et du Lorum, les acteurs de mise en œuvre ont partagé les résultats et les leçons apprises de l’exécution du projet EPIC.

Réduire les risques de catastrophe et améliorer la résilience des communautés
Une cinquantaine de participants intervenant dans les domaines de la gestion de l’environnement, des ressources naturelles et des catastrophes, des décideurs politiques, des techniciens et responsables des services techniques de l’Etat, des chercheurs, des acteurs de la société civile ont été conviés à cet atelier. A la cérémonie d’ouverture de l’atelier, Honadia/Kambou Clarisse, chargée de programme à l’UICN/Burkina a remercié les autorités, les partenaires sans oublier les communautés pour leurs disponibilités à accompagner le projet dans la région du Nord.

Hassane Sawadogo, gouverneur de la région du Nord dans son intervention a rappelé les épisodes de catastrophes naturelles que notre pays a connues pour justifier le bien fondé du projet EPIC. Le premier responsable de la région du Nord a souligné que la situation géographique du Nord l’expose aux aléas des changements climatiques tels que les sécheresses et inondations ce qui a du reste engendré plusieurs milliers de victimes dans les ménages depuis 2012.

« Nous avons foi en la promotion d’une culture de la prévention notamment par la mobilisation des ressources nécessaires dans la réduction des risques de catastrophes comme investissement porteur de gains considérables durables » a soutenu le gouverneur. M. Sawadogo n’a pas manqué de reconnaitre à sa juste valeur l’apport des partenaires techniques et financiers pour soutenir les efforts du gouvernement qui permettent d’assurer aux populations un mieux-être. « Les écosystèmes offrent un tremplin et une protection des communautés vulnérables en ce sens que s’ils sont bien gérés, peuvent fournir des solutions naturelles en réduisant les risques de catastrophes et en améliorant la résilience des moyens de subsistance des communautés », se convint le gouverneur du nord qui du reste a apprécié positivement la mise en œuvre du projet EPIC.

Jeter les bases d’une stratégie pour garantir la pérennisation des acquis du projet
Par des communications, des discussions en plénière et des travaux de groupes, les participants ont identifié des axes programmatiques prioritaires pour la mise à échelle de la gestion des risques basées sur les écosystèmes au Burkina. Sylvain Zabré coordonnateur du projet EPIC à travers une communication a expliqué la stratégie d’intervention et la démarche opérationnelle et les perspectives du projet. Les parties prenantes au projet ont réfléchi à la manière de mobiliser les décideurs politiques pour intégrer l’approche éco-systémique au niveau national sur la gestion des risques et l’adaptation au changement climatique. Ils ont en outre identifié les acteurs, ministères et partenaires à impliquer pour la mise à l’échelle de l’approche EPIC au niveau régional et national et ont identifié les barrières et les solutions possibles.

Yann Nikièma
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Ouahigouya
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter